accueil 1 services 1 Historique 1 News 1 Liens 1 contact 1 forum
             
             
 

Vous désirez rester informé de toutes les nouvelles de FISCOGES? Une seule chose suffit...Incrivez-vous à notre lettre d'information via notre fomulaire de contact.

 
             
             
 
Travailleurs frontaliers : tolérance de 69 jours au lieu de 15 à partir de 2019 ?

L’administration fiscale belge exige la preuve de ce que l’activité salariée est réellement exercée physiquement sur le territoire luxembourgeois.
 
 

Cela fait plusieurs années que l’administration fiscale s’arroge le pouvoir de taxation des revenus professionnels de salariés résidents belges qui exercent leur activité professionnelle au Grand-Duché de Luxembourg.

Cette position est en contradiction avec l’article 15 de la Convention préventive de la double imposition conclue entre la Belgique et le Grand-Duché de Luxembourg, selon lequel un salarié résident belge qui travaille au Grand-Duché de Luxembourg voit ses rémunérations imposées au Grand-Duché exclusivement.

L’administration fiscale belge exige la preuve de ce que l’activité salariée est réellement exercée physiquement sur le territoire luxembourgeois.

Lorsque le salarié ne rapporte pas la preuve demandée, il est taxé une seconde fois en Belgique.

Un accord amiable du 16 mars 2015 prévoit toutefois un seuil de tolérance de 24 jours ouvrables concernant la présence physique en dehors de l’Etat d’activité habituel.

En clair, le Luxembourg garde son entier pouvoir d’imposition lorsque la durée des activités exercées en dehors du Luxembourg est inférieure à 25 jours par an.

Le nombre de jours de travail par an que les frontaliers belges pourront prester depuis chez eux devrait passer de 24 à 69 selon un accord (qui doit encore être confirmé) initié par le gouvernement régional wallon.

La mesure destinée à faciliter le télétravail a été acceptée par Johan Van Overtveldt, le ministre fédéral belge des Finances, mais l’exécutif luxembourgeois doit encore donner son accord pour valider ce changement.

Il reste à voir si l’accord sera effectif, comme on a pu le lire dans les médias, dès 2019, car certains, comme le syndicat OGB-L, ont rappelé qu’à côté du droit fiscal international, il faut, au regard du droit social cette fois, avoir égard au Règlement européen (883/2004) portant sur la coordination des systèmes de sécurité sociale dans l’Espace économique européen, selon lequel si un salarié frontalier effectue plus de 25% de son temps de travail physiquement dans son pays de résidence, il sera d’office soumis à la sécurité sociale de son pays de résidence, soit la Belgique en l’occurrence…

Source : Idefisc - Pascale Hautfenne

 

Liens:
http://www.idefisc.be/vue-par-numero.php?article_id=10994
-

FISCOGES le 2019-01-15


 
 
Réforme fiscale impôt des personnes physiques : Quel choix pour 2018 pour les frontaliers ?

Le choix de la classe doit être effectué avant le 31 octobre 2017 soit via le formulaire 165 annexé au courrier soit via la plateforme électronique Guichet.lu.
 
 

L’Administration des Contributions Directes envoie depuis début octobre un courrier aux couples mariés non-résidents.

Cette lettre a pour objectif de les interroger sur le choix de l’imposition en 2018 et peut proposer un taux de retenue d’impôt.

A partir de l’exercice d’imposition 2018, les couples mariés non-résidents peuvent être imposés:

- Sur base de la classe 1 de manière individuelle.
- Sur base de la classe 1 avec réallocation de revenu.
- Sur base de la classe 2 de manière commune avec prise en compte des revenus mondiaux du couple.

Les couples mariés non-résidents peuvent donc être assimilés fiscalement aux contribuables résidents à la condition qu’au moins 90 % des revenus mondiaux d’un des époux soient d’origine luxembourgeoise ou 50 % des revenus professionnels du ménage pour les résidents belges.

En outre, si la classe 2 est choisie, la déclaration d’impôt luxembourgeoise 2019 relative aux revenus 2018 sera obligatoire.

Le choix de la classe doit être effectué avant le 31 octobre 2017 soit via le formulaire 165 annexé au courrier soit via la plateforme électronique Guichet.lu.

Dans le but de définir la meilleure solution, Madame Guillaume et Monsieur Lambert de Fiscoges (Luxembourg à Grass) se tiennent à votre disposition.

 

Liens:
http://www.guidedesimpots.lu/reforme-fiscale-2017/
-

FISCOGES le 2017-10-10


 
 
Plus-values « internes » : les contrôles sont lancés !

Dès 2017, une nouvelle disposition « anti-abus » sera intégrée dans le CIR92, et devrait préciser que les actions ou parts apportées dans une société holding ne seront plus considérées comme constituant du « capital réellement libéré », sauf à concurrence de la valeur d'acquisition que ces actions ou parts (objet de l'apport) avaient dans le chef de l'auteur de l'apport. Il y aurait ainsi, sur le plan fiscal, neutralité de l’apport, à l’instar de ce qu’il se passe dans le cadre d’opérations de restructuration immunisées... La partie de la valeur d'apport qui excédera cette valeur d'acquisition « originelle » sera considérée comme une « réserve taxée » et sa distribution, à l'occasion d'une réduction capital ou d'une liquidation de la société holding, sera assimilée à un dividende, et devra faire l'objet de la retenue à la source du précompte mobilier (au taux supposé de 30%, puisque la mesure nouvelle devrait ne viser que les apports effectués à compter du 1er janvier 2017).
 
 

Nous avons déjà commenté, à plusieurs reprises, l’évolution de la jurisprudence administrative et judiciaire belge en matière de plus-value de cession dite « interne ».

Pour rappel, l’on parle d’une telle cession dite « interne », lorsque le contribuable cède, ou apporte, les actions d’une société « opérationnelle » qu’il contrôle à une société « holding », belge ou étrangère (le plus souvent, une société luxembourgeoise), qu’il contrôle également.

L’opération prend place à la valeur « de marché » (valeur vénale) des actions apportées ou cédées, soit approximativement la valeur de constitution ou d’acquisition des actions de la société opérationnelle, augmentée des réserves accumulées par la société en cours de vie sociale. Ces réserves, accumulées dans la société opérationnelles devenue filiale, « remontent » ensuite dans la société holding, sous la forme d’un dividende distribué.

Dans la mesure où ces dividendes peuvent bénéficier, à la source, d’une exonération du précompte mobilier (régime « Mère-Filiale »), et à la sortie, de la déduction « RDT » (holding de droit belge) ou du « privilège d'affiliation » (holding luxembourgeois), cette « remontée » n’engendre que peu (régime belge) voire pas (régime luxembourgeois) d’impôt.

Si l’opération prend place par la voie d’une cession à la holding, le contribuable cessionnaire dégage immédiatement, ou à terme, mais directement, des liquidités (et bénéficie de ce fait de l’attribution des réserves de la société opérationnelle) par le paiement du prix de vente des actions. Lorsque l’opération prend place par le biais d’un apport, il lui faudra réduire le capital de la holding pour profiter des mêmes liquidités.

En droit belge, cette réduction de capital devrait s’imputer sur du « capital réellement libéré » à concurrence de la valeur d’apport ou de cession des actions de la société opérationnelle (valeur de marché), et être en conséquence exonérée d’impôt. En droit luxembourgeois cependant, une telle réduction de capital, si elle s'effectue en présence de réserves dans la société holding, est imposable au titre de dividende, ce qui implique la perception d'une retenue à la source de 15%, et une imposition sur le dividende net dans l'Etat de la résidence, au taux actuel de 27% (30% dans le futur).

Dans les 2 hypothèses, l’opération profite évidemment au patrimoine privé du contribuable actionnaire, mais tel n’et pas obligatoirement, ou uniquement, la motivation de sa mise en place (l’on peut penser en effet à l’actionnaire de contrôle d’une société qui souhaite organisation sa succession au profit d’enfants ne s’entendant pas, ou organiser le passage à la génération future sans se retirer immédiatement des affaires, etc).

Evidemment, l’opération n’a d’intérêt que si elle n’implique pas, outre les effets de sa mise en place, et la multiplication des structures qu’elle induit, une taxation immédiate des réserves accumulées de la société opérationnelle, sous la forme d’une « plus-value » de cession ou d’apport, dans le chef de l’actionnaire.

L’on sait que les plus-values sur actions qui s’inscrivent dans le cadre de la gestion normale d'un patrimoine privé sont en principe exonérées, par l’effet de l’article 90,1°, CIR92. Depuis l’insertion dans le CIR 92 de l’article 90,9°, les plus-values sur actions ou parts qui sont réalisées à l’occasion de la cession à titre onéreux de ces actions ou parts, en dehors de l’exercice d’une activité professionnelle, sont imposables au titre de revenus divers (33%), sauf, à nouveau, si elles sont relatives à des opérations de gestion normale d’un patrimoine privé.

La question est donc de déterminer si ce type de plus-value, liée à une cession « interne », relève ou non de la gestion normale d’un patrimoine privé. A cette question, l’administration fiscale répond par la négative depuis de nombreuses années, considérant que l’opération est par nature, « spéculative », et donc taxable. Cette position administrative a déjà conduit, en 2009, le législateur à modifier l’article 90, CIR92, précisément en y insérant le paragraphe 9° précité, en vue de permettre l’imposition des plus-values de cession « interne ».

Initiative imparfaite cependant, puisqu’à plusieurs reprises, et pour la dernière fois en novembre 2013, le Service des décisions anticipées, de l'administration fiscale, invité à examiner de telles opérations, en a validé le caractère non taxable, même après l’insertion dans le CIR92 de l’article 90,9°, sous la condition toutefois que l’opération prenne place sous la forme « apport », que celui-ci soit inspiré (notamment) par des motifs "non fiscaux", et qu’une période de "stand still" de 3 ans soit respectée par les parties à compter de l'apport initial (absence de modification de la politique de distribution de dividendes par la société opérationnelle, absence de modification de la politique des management fees dans le chef de la société opérationnelle et absence de réduction de capital dans le chef des sociétés impliquées). Cette position fut par ailleurs initiée par le ministre des Finances lui-même, dès 2005.

A noter cependant que dans son dernier avis du 28 novembre 2013, le Service des décisions anticipées a précisé qu'une décision anticipée positive (sur la question de l’exonération de l’apport) ne peut être considérée comme validant a priori le caractère exonéré de l’opération future de réduction de capital.

Le gouvernement entend à présent empêcher ce qu’il nomme être une « technique d'évitement », et a annoncé, en octobre 2016, qu’il entreprend d’organiser cette lutte en 2 étapes, dont la première est dans les faits déjà mise en œuvre.

Dès 2016, l'administration fiscale procédera à une « action de contrôle ciblée » visant les opérations de cession « interne » mises en place avant le 1er janvier 2017, avec pour fondement la disposition générale « anti-abus » contenue sous l'article 344, § 1, CIR92.

L'on peut déjà objecter à une telle initiative que l'opération de « cession interne » ne peut en aucun cas être de facto considérée comme étant en soit abusive. Elle ne pourrait l’être que si elle est inspirée par des motifs purement fiscaux. Un examen de chaque cas d'espèce s'impose et les circonstances concrètes de mise en place de l'opération, ainsi que sa motivation intrinsèque, devront être invoquées afin de faire échec à une volonté taxatrice généralisée dont l'administration fiscale ferait preuve.

Ensuite, dès 2017, une nouvelle disposition « anti-abus » sera intégrée dans le CIR92, et devrait préciser que les actions ou parts apportées dans une société holding ne seront plus considérées comme constituant du « capital réellement libéré », sauf à concurrence de la valeur d'acquisition que ces actions ou parts (objet de l'apport) avaient dans le chef de l'auteur de l'apport. Il y aurait ainsi, sur le plan fiscal, neutralité de l’apport, à l’instar de ce qu’il se passe dans le cadre d’opérations de restructuration immunisées... La partie de la valeur d'apport qui excédera cette valeur d'acquisition « originelle » sera considérée comme une « réserve taxée » et sa distribution, à l'occasion d'une réduction capital ou d'une liquidation de la société holding, sera assimilée à un dividende, et devra faire l'objet de la retenue à la source du précompte mobilier (au taux supposé de 30%, puisque la mesure nouvelle devrait ne viser que les apports effectués à compter du 1er janvier 2017).

Ici également, l'on peut douter de l'efficacité d'une telle mesure. A la fois sur le plan juridique, parce qu'elle induirait une discrimination critiquable, à de nombreux égards, entre des opérateurs économiques placés dans les mêmes circonstances mais qui choisiraient de se structurer différemment. Sur le plan économique ensuite, parce qu'il semble évident que le législateur ne pourra créer une telle assimilation (d'une partie de l'apport à des réserves taxables) que dans le chef d'une société holding belge…

La mesure concrète est attendue.

Mélanie Daube - IdéFisc - Décembre 2016

 

Liens:
http://www.idefisc.be/vue-par-numero.php?article_id=10900
-

FISCOGES le 2017-01-27


 
 
Sous-traiter des prestations à une société liée luxembourgeoise, pas à n’importe quelles conditions

On ne peut donc que conseiller aux contribuables qui souhaiteraient organiser une construction fiscale transnationale de s’entourer de professionnels qui planifieront avec eux de manière légale et efficace l’organisation de leur groupe, et de ne recourir à une société étrangère que si celle-ci a une substance suffisante et des activités justifiant les bénéfices comptables qu’elle réalise.
 
 

Compte tenu du taux élevé (par rapport à la moyenne européenne) de l’impôt belge des sociétés, la tentation est parfois grande pour une société disposant d’une société liée dans un Etat à fiscalité plus favorable de déplacer sa base imposable vers cette dernière.

C’est ainsi que de nombreux contribuables se sont laissé tenter par la création d’une société de management à l’étranger (et notamment au Luxembourg) ou recourent régulièrement à des contrats de sous-traitance conclus avec de telles sociétés liées.

Les conventions préventives de la double imposition limitent souvent ce déplacement organisé de la base imposable vers un Etat à fiscalité plus favorable.

C’est notamment le cas des rémunérations versées aux sociétés de management qui assument la gestion journalière d’une société belge. Les règles distributives du pouvoir d’imposition sont, en effet, dans ce cas, clairement déterminées par les CPDI.

En outre, pour être fiscalement efficaces, ces transferts doivent être justifiés, dans les faits, par des prestations effectives et réellement exercées par la société étrangère.

C’est ce que vient de rappeler la Cour d’appel de Mons à l’occasion d’un arrêt du 10 juin 2016.

Dans l’affaire soumise à la Cour, une société belge, active dans le secteur de l’électricité industrielle, de l’électronique et de l’automatisation, sous-traitait toute une série de prestations à ses sociétés sœurs luxembourgeoises.

En se basant sur de nombreuses constatations, la Cour a considéré que les prestations sous-traitées ne sont matériellement pas effectuées par les sociétés luxembourgeoises.

La Cour a notamment eu égard au fait que les sociétés luxembourgeoises ne disposent pas d’un local suffisamment grand ou d’un entrepôt pour entreposer du matériel et des fournitures, leurs activités sont très réduites, leur administration se fait presqu’exclusivement au départ de la Belgique, les travailleurs employés par les sociétés sont majoritairement originaire de Charleroi, les chantiers sont situés en Belgique, les travailleurs aperçus sur ces chantiers sont ceux des sociétés belges …

La Cour conclut ainsi à l’absence de déductibilité des factures de sous-traitance (pour un montant de 540.413-€ pour le seul exercice d’imposition 2009).

L’exemple de ces sociétés est caractéristique d’une organisation fiscale transnationale inefficace.

Outre, la réalité des prestations effectuées, c’est aussi la réalité du siège social au Luxembourg de ces sociétés qui pose, à notre avis, question dans certains cas.

Les conséquences fiscales liées à la destruction de tels montages par l’administration fiscale sont souvent désastreuses pour les sociétés concernées.

On ne peut donc que conseiller aux contribuables qui souhaiteraient organiser une construction fiscale transnationale de s’entourer de professionnels qui planifieront avec eux de manière légale et efficace l’organisation de leur groupe, et de ne recourir à une société étrangère que si celle-ci a une substance suffisante et des activités justifiant les bénéfices comptables qu’elle réalise.

Pauline MAUFORT
Source IdéFisc - Décembre 2016

 

Liens:
http://www.idefisc.be/vue-par-numero.php?article_id=10899
-

FISCOGES le 2017-01-23


 
 
Offrez-vous une société luxembourgeoise à 1 €

• Responsabilité limitée aux apports pour les fondateurs. Capital social entièrement libéré entre minimum 1,00 € et maximum 12.000,00 € avec apport en numéraire ou en cash des associés;
 
 

La société à responsabilité limitée simplifiée, instituée par la loi du 23 juillet 2016, a pour objectif d’encourager la création d’entreprise par la diminution des coûts à la constitution, notamment par un capital social réduit.

Cette société vise les jeunes entrepreneurs ayant peu de ressources ou des sociétés dont les activités requièrent peu de capitaux. Cette nouvelle loi permet au Grand-Duché de Luxembourg de rendre son droit de sociétés plus attractives. En effet, ses différents voisins ont adoptés des lois afin de créer des sociétés telles que « EIRL » en France ou « SPRL-Stater » en Belgique mais la responsabilité est illimitée pour les fondateurs tant que le capital n'atteint pas un minimum, contrairement au Luxembourg.

Cette loi vise notamment :

• Responsabilité limitée aux apports pour les fondateurs.
• Constitution via un acte sous seing privé ou acte notarié.
• Capital social entièrement libéré entre minimum 1,00 € et maximum 12.000,00 € avec apport en numéraire ou en cash des associés.
• Seules les personnes physiques peuvent être associés et gérants.
• Personne physique associée dans une seule Sàrl-S.
• Objet social doit être limité aux activités nécessitant une autorisation de commerce.

De plus, cette société permettra aux associés personnes physiques de bénéficier d’une structure « offrant une protection en termes de responsabilités et de protections de leur patrimoine propre mais aussi en termes de meilleure visibilité ² ».

Par ailleurs, il est important de s’assurer de la viabilité du projet et des fonds nécessaires à celui-ci, nous vous conseillons d’établir un plan financier.

L’entrée en vigueur de la loi est fixée au 16 janvier 2017.

Florence Brabants
Département juridique - Fiscoges

² Projet de loi 66677

 

Liens:
http://www.legilux.public.lu/leg/a/archives/2016/0157/index.html
-

FISCOGES le 2016-11-09


 
 
 
 
 
 
 
             
Accueil Services Liens Historique Contact